about 1 year ago

Longtemps, la communauté dentaire a été favorable à l'extraction des dents de sagesse, au point que c'est devenu un passage obligé, comme avoir son permis de conduire. « Tu as 18 ans, il va falloir te les faire arracher », disaient les parents à leur progéniture. « On a créé des générations sans dents de sagesse, un peu comme on opérait de l'appendicite au moindre doute. 

Il arrive que les dents de sagesse portent bien mal leur nom et s'entêtent à vouloir pointer leur nez alors qu'aucune place n'est prévue pour elles. Les dents de sagesse n'ayant plus aucune utilité avec l'alimentation moderne, elles tendent à disparaître. Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus de marathon micro moteur sur www.athenadental.fr

Les dents de sagesse, aussi appelées troisièmes molaires, sont les dernières dents à se développer chez l’humain. Lorsque la bouche est trop petite pour permettre l’éruption des dents de sagesse, ces dernières demeureront complètement ou partiellement incluses, c’est-à-dire enchâssées à l’intérieur de l’os de la mâchoire.

Ce n'est pas tout : des dents visibles à la radio ne sortiront pas forcément. Parfois, elles sont « incluses », c'est-à-dire qu'elles restent dans l'os. Parfois, elles peuvent avoir poussé complètement à l'horizontale sous la gencive ou un peu de travers. « Les raisons pour lesquelles ces dents de sagesse poussent mal sont multiples. Toutes les malpositions existent, raison pour laquelle on les ôtait systématiquement, car elles étaient accusées de déplacer les autres dents, ce qui pouvait être préjudiciable à un traitement orthodontique d'alignement.

 De quoi gâcher des années de traitement orthodontique… Les dents de sagesse peuvent ainsi être ôtées à titre préventif (avant même qu'elles n’aient fini de pousser)  à la demande de l'orthodontiste chez l'adolescent et le jeune adulte. Si vos dents de sagesse n'entraînent aucun symptôme ou complication, il n'y a pas de raison de les enlever. 

Enfin, si la situation infectieuse est sévère, il faut l'ôter le plus rapidement possible. Par ailleurs, la troisième molaire peut présenter les mêmes pathologies que n'importe quelle autre de ses congénères. Aussi, en cas de carie très volumineuse ou de mobilité importante, elle devra être extraite.

Les problèmes de dents au Saguenay-Lac-Saint-Jean sont plus élevées qu’au Québec

← Changez le dentifrice quotidien de votre patient et protégez sa future santé bucco-dentaire Les appareils dentaires a fait révolutionner →