9 months ago

Le 4 mars, les Vaudois devront se prononcer sur l’initiative pour le remboursement des soins dentaires lancée par le POP et solidarités. Soutenue également par le PS, les Verts, plusieurs associations et syndicats, et même, suite au rejet de son contre-projet (notre édition du 1er décembre), par le Conseil d’Etat, elle demande l’instauration d’une assurance cantonale obligatoire pour rembourser les soins dentaires, le renforcement du dispositif de prévention de la santé bucco-dentaire et la création d’un réseau de policliniques dentaires régionales pour garantir l’accès aux soins. Vous pouvez vérifier plus de lampe à polymériser dentaire sur outil dentiste.

alt

L’assurance serait financée par un prélèvement paritaire de 0,5% sur les salaires, sur le modèle de l’AVS, ce qui représenterait 25 francs par mois pour un salaire mensuel de 5000 francs. Les enfants et parents retraités d’un salarié assuré seraient également couverts. «La plupart des gens qui actuellement veulent conclure une assurance privée doivent payer en moyenne 20 francs par mois et par personne pour n’avoir qu’une partie de leurs frais remboursés et avec une assez grosse franchise, alors que cette assurance aurait le mérite de couvrir l’ensemble de la population», confiait Brigitte Crottaz, diabétologue et Conseillère nationale socialiste à l’ATS lors du lancement de campagne des partisans de l’initiative. Qu'est-ce que le nettoyeur Ultrasonique YJ5120-B ?

Actuellement, selon l’OCDE, 89% des frais dentaires en Suisse sont assumés par les ménages, contre une moyenne OCDE de 54,2% (chiffres pour 2011). Ils se montent en moyenne à environ 500 francs par année et par personne selon les initiants, un soin imprévu pouvant rapidement atteindre plusieurs centaines voire milliers de francs. Or, selon le Rapport social vaudois paru en 2017, «27,7% de la population ne dispose d’aucune fortune» et n’est ainsi pas en mesure d’assumer une charge financière imprévisible sans risque de s’endetter ou de tomber dans la pauvreté. Ainsi, «de plus en plus de Suisses et Suissesses renoncent ou repoussent des soins dentaires en raison de leur coût», argumentent les initiants: entre 3 et 20% de la population selon les différentes études disponibles. Dent noire

Les revenus modestes sont particulièrement touchés, et notamment les personnes âgées. «Les soins dentaires coûtent cher. Avec l’âge, ils peuvent souvent atteindre plusieurs milliers de francs. Or, de très nombreux retraités dont nous connaissons les faibles revenus se retrouvent en grande difficulté lorsqu’ils ont besoin de soins dentaires», relève Roland Rapaz, président de l’AVIVO Vaud, qui soutient l’initiative.

Qu’attendez-vous de l’implantologie ?

← Qu’attendez-vous de l’implantologie ? Soins dentaires dans les urnes →