5 months ago

Les préfabriqués de l’ancien pôle d’odontologie du Centre hospitalier universitaire ne sont plus qu’un mauvais souvenir. Depuis le 11 décembre, la soixantaine de praticiens et les 260 étudiants en dentaire ont posé leurs fraises dans un superbe bâtiment tout neuf de 5 000 m2 sur quatre niveaux – à l’entrée de Maison-Blanche – qui sera inauguré ce vendredi matin. Sandrine Machet, cadre de santé de ce pôle de médecine bucco-dentaire – sa nouvelle appellation – se réjouit d’avoir laissé derrière elle des locaux vétustes et exigus construits il y a 44 ans et bientôt remplacés par un parking. Vous pouvez chercher plus de marathon micro moteur et micro moteur avec pièce à main sur notre site.

alt

On repart aussi vite qu’on est arrivé, une fois l’acte terminé. « On accueille tout type de patients, car il y a toutes les spécialités dentaires », précisent Mme Machet et le Professeur Benoît Lefèvre, chef du pôle. On y traite aussi bien la partie prothétique, que toutes les dysfonctions des articulations temporo-mendibulaires, mais également tout ce qui est orthodontie (adultes/enfants), soins de conservation des dents, traitements courts (caries), implantologie ou encore chirurgie orale et parodontologie. Qu'est-ce que les caractéristiques de seringue dentaire courbée à 3 voies ?

Au total, sept secteurs de soins – dont l’imagerie, les urgences, la chirurgie orale dotée d’un bloc… – sont répartis dans ce bâtiment futuriste immaculé et ultra-sécurisé, où sont aussi installés un laboratoire de prothèses, ainsi qu’une zone administrative et d’enseignement. « C’est beaucoup plus confortable », poursuit Mme Machet. « Aussi bien dans le travail au fauteuil que dans les tâches logistiques derrière. » La cadre de santé fait notamment allusion aux circuits différenciés entre la logistique et l’accueil patients, désormais organisé depuis un vaste hall.

« En fonction de la spécialité, on vous dirige vers un étudiant ou un praticien. Vous rejoignez la salle d’attente dédiée au secteur de prise en charge ». Cette réorganisation est le fruit « d’une grosse réflexion sur les flux, l’ergonomie, la qualité d’accueil, le confort du personnel et des patients. » Plus question pour ces derniers de se perdre dans les couloirs. « Les distances sont courtes, les zones identifiées. On a travaillé sur la signalétique, un code couleurs. » Il y a aussi un accès direct, via un sas sécurisé pour les ambulances, à cinq fauteuils dédiés aux patients âgés, handicapés ou hospitalisés, pour plus de confort et de discrétion.

Une enquête sur l’influence du brossage connecté sur l’observance de l’hygiène quotidienne

← Une enquête sur l’influence du brossage connecté sur l’observance de l’hygiène quotidienne Ces Suisses plombés par leurs frais dentaires →