9 months ago

Prendre le bateau pour Evian, se rendre en voiture à la frontière allemande, monter dans l’avion pour atteindre Barcelone ou Budapest; les Suisses rivalisent de combines pour échapper aux frais dentaires locaux trop élevés et dénicher un dentiste bon marché à l’étranger. C’est le cas de Pierre, qui, en 1 heure 10 de vol, s’est retrouvé en Catalogne pour se faire soigner les dents. «Pour moins de 100 francs, vous faites l’aller-retour en une journée et la facture des soins espagnole n’a absolument rien à voir avec celle que j’aurais payée en Suisse.» Pierre est venu se faire poser une couronne pour 1200 euros, le devis qu’il avait reçu à Genève se montait à plus de 4000 fr. Vous pouvez chercher plus de marathon micro moteur et micro moteur avec pièce à main sur notre site.

alt

Les données chiffrant le phénomène du tourisme médical en général sont difficiles à réunir. Plus d’une personne sur cinq se serait déjà fait soigner les dents à l’étranger, a avancé mercredi la RTS, se basant sur un sondage Demoscope réalisé pour le compte de la Société suisse des médecins-dentistes. Mais dans le débat sur le remboursement des soins dentaires, sur lequel les Vaudois votent le 4 mars prochain, le recours à des traitements à l’étranger est brandi par les initiants comme le regrettable effet d’un système inégalitaire qu’une assurance des soins dentaires pourrait combler. Quelles sont les caractéristiques de l'autoclaves de classe B ?

Selon l’OFS, 10% des personnes avec un revenu inférieur à 35 000 francs par an renoncent à consulter un dentiste ou vont consulter à l’étranger. Un taux que réfute Stéphane de Buren, directeur de Novacorpus, entreprise suisse spécialisée dans l’organisation de soins médicaux à l’étranger. «Selon l’Observatoire suisse de la santé, ce chiffre est sous-estimé. Plus d’un Suisse sur cinq renonce à soigner ses dents pour des raisons financières. Nous abordons un rationnement des soins médicaux en Suisse, c’est très dangereux.»

L’assurance dentaire obligatoire que propose la gauche vaudoise n’est cependant pas la solution que préconise ce médecin. «Aucun pays n’arrive efficacement à rembourser les gros soins dentaires. La France, par exemple, ne rembourse les couronnes qu’à hauteur de 10%, et ne prend pas en compte les implants. La Suisse ne fera pas exception, par contre elle doit réaliser qu’elle est le dernier pays d’Europe à ne pas rembourser les soins médicaux à l’étranger en dehors des urgences.»

À lire avant la prochaine visite chez le dentiste

← À lire avant la prochaine visite chez le dentiste L’orthodontie en 5 questions →