12 days ago

L’excès de sucre provoque des caries, mais la facture du dentiste, elle, s’avère souvent salée. Les soins dentaires, c’est bien connu, ne comptent pas pour beurre dans le budget des ménages. Et les quelque Fr. 500.- déboursés en moyenne chaque année par les citoyens helvétiques pour l’entretien de leur mâchoire sont rapidement dépassés lorsque des complications surviennent. Vous pouvez chercher plus de marathon micro moteur et micro moteur avec pièce à main sur notre site.

alt

Alors, faut-il, comme le demandent plusieurs initiatives déposées dans les cantons romands, à commencer par Vaud qui se prononcera le 4 mars prochain, instaurer une assurance dentaire obligatoire pour les soins de base, à l’instar de nos voisins allemands ou français? L’idée n’est pas nouvelle. La gauche qui la soutient s’est cassé les dents à plusieurs reprises au niveau fédéral. Les arguments des opposants à cette assurance financée par une cotisation paritaire entre employés et employeurs, Société suisse des médecins dentiste en tête, sont clairs: la santé buccale relève de la responsabilité individuelle et rien ne remplace la prévention. Pouvez-vous nous recommander un caméra intra-orale ?

Se brosser les dents trois fois par jour et se rendre chez l’hygiéniste ainsi qu’à un contrôle annuel, voilà la recette d’un sourire éclatant. «Surtout quand le niveau socio-culturel est élevé!» rétorque-t-on dans les camps des initiants. L’impact du statut social sur la santé bucco-dentaire n’est pas une chimère, rappellent-ils. En Suisse, les soins dentaires relèvent de la responsabilisation individuelle. Cela fonctionne plutôt bien puisqu’en comparaison européenne, les citoyens helvétiques ont un bon niveau de santé bucco- dentaire. Pourquoi vouloir changer le système?

Le système fonctionne, mais pas pour tout le monde de la même manière. Il charge fortement les classes moyennes et les familles. Environ 10% de la population renonce à des soins bucco-dentaires pour des raisons financières, même parmi les personnes qui travaillent. Il nous paraît juste de rembourser les soins bucco-dentaires de base puisqu’on part du principe que la bouche fait partie du corps au même titre que les autres organes.

Près de 80% des ménages prennent actuellement à leur charge les frais dentaires. Cela ne reviendrait-il pas à créer une assurance publique pour une minorité? Ceux qui prennent aujourd’hui ces frais en charge en seront aussi bénéficiaires. Pour la classe moyenne, en particulier pour les familles, les soins bucco-dentaires pèsent lourd sur le budget du ménage. Avec une telle assurance, tout le monde serait gagnant.

L’orthodontie en 5 questions

← L’orthodontie en 5 questions Une bonne hygiène dentaire : c’est quoi ? →