2 months ago

Les dents de sagesse sont une cause fréquente de problèmes et de douleurs en raison d'une mauvaise disposition. Il est alors nécessaire de procéder à une extraction. Comment se déroule cette intervention ? Les dents de sagesse sont les dernières dents à pousser. On les appelle les troisièmes molaires (M3) et elles se situent complètement à l'arrière de la bouche. Elles se développent généralement entre 16 et 25 ans. On en compte quatre, sachant que certaines personnes peuvent en avoir trois, deux ou aucune. Vous pouvez chercher plus de marathon micro moteur et micro moteur avec pièce à main sur notre site.

alt

Le fait qu'elles soient les dernières molaires à apparaître signifie, logiquement, que d'autres ont déjà poussé et ont trouvé leur place. C'est le noeud du problème : la dent de sagesse est bloquée par une autre molaire et ne peut pas sortir. Quand la dent est prise entièrement dans la gencive, on parle de dent incluse. Quand on en voit une partie, elle est dite semi-incluse. Il est possible aussi que la dent ait assez d'espace mais qu'elle soit positionnée dans un angle qui rend son éruption impossible (elle est trop inclinée). Quelles sont les caractéristiques de turbine bouton poussoir Lotus 401P ?

Ces situations peuvent provoquer de sérieux soucis.
• La douleur. Un symptôme classique, mais pas systématique : cela dépend de la nature du souci.

• L'inflammation. Aiguë ou chronique, elle affecte le tissu de la gencive autour et au-dessus de la dent de sagesse. C'est la péricoronarite, un processus infectieux qui risque de se propager au reste de la bouche.

• La mastication. La mauvaise position des molaires gêne la fermeture des mâchoires et empêche de mâcher correctement.

• La deuxième molaire, celle qui se trouve à côté de la dent de sagesse qui a poussé bizarrement (très inclinée), peut être fortement endommagée.

• Les caries. Les dents semi-incluses sont difficiles d'accès et compliquées à nettoyer convenablement. Les bactéries et les débris alimentaires trouvent un terrain d'action favorable.

• Les kystes. Les dents incluses augmentent le risque.

La question consiste à déterminer si l'extraction doit avoir lieu rapidement, et on élimine alors le risque d'évolution défavorable, ou s'il convient d'attendre tout en surveillant la situation. En cas de problème manifeste (douleurs, gencive fragilisée, manque d'espace évident...), c'est la première option qui sera choisie. L'extraction à l'adolescence (12 - 18 ans) présente une série d'avantages : les racines sont peu ou pas formées, l'acte est plus simple, la cicatrisation plus rapide, et les complications sont rares.

Soins bucco-dentaires : attention à ne pas négliger vos gencives

← Soins bucco-dentaires : attention à ne pas négliger vos gencives Ces médicaments qui abîment les dents →